Ma fonction contrôle interne dans le jeu de concepts RSE, D.D, M.R., Raison d’être

Sa vision depuis l’ère de l’émergence technologique et numérique à l’ère du Millenium de l’éthique sociétale en passant par l’ère de la transformation digitale, le rôle élargi au niveau meso- organisationnel d’une Organisation

Par Nathalie CRETEL (Dpt 59)

https://www.linkedin.com/in/ncretel

La recherche d’une fonction idéale…

L’éclairage

«En suivant une formation d’initiation à la recherche en SHS (Cnam Paris, centre de recherche LIRSA 2020-2021)*, avec pour projet de recherche la problématique de la politique générale d’entreprise et son développement durable, le positionnement de ma fonction en contrôle interne dans le jeu des concepts de raison d’être des sociétés, de maîtrise des risques, de Responsabilité Sociale ou Sociétale des entreprises, de Développement durable était une évidence :

Un rôle- clé dans l’articulation entre le champ du « socialement responsable » et celui du « sociétalement durable ».

Le premier désigne la maîtrise des risques, la RSE et l’environnement interne de l’organisation.

Le deuxième a trait au système O.D.D, aux caractéristiques de l’éco- système de l’entreprise et aux facteurs de la Société en général.

La valeur ajoutée de ma fonction contrôle interne dans ce paysage conceptuel s’étend, alors, jusqu’au champ meso- organisationnel.

OBJECTIF: Apporter l’assurance raisonnable quant à une éthique intégrée au management stratégique.

OBJET DU CADRE D’ANALYSE:  les facteurs de coordination entre l’intérêt social de la société (son objet social, sa raison d’être en tant que principes consensuels propres,  son organisation, ses processus, compétences, ressources, sa structure, son modèle d’activité…) et l’intérêt sociétal de l’entreprise ( ses activités économiques et leur positionnement concurrentiel durable, sa raison d’être vis-à-vis de son éco- système d’affaire et de la Société en général).

L’ENJEU: fiabiliser à court, moyen et long terme les processus du management stratégique des organisations. »

Nathalie CRETEL

*Rapport de soutenance et présentation du projet au jury non finalisés.

Dans quel but est communiqué cet éclairage ?

Faire connaître ma vision des choses et donner une perspective stratégico- opérationnelle


En identifiant de manière pro-active un aspect (qui me paraît essentiel au regard des transformations organisationnelles générées et de la culture d’entreprise) de l’évolution de mon métier de conseillère de directions et d’accompagnement de projets – spécialisation contrôle interne ou de ma fonction de cadre de direction en maîtrise des risques participant à la conception de la stratégie organisationnelle de l’entreprise:

  • L’enjeu de fiabilisation des processus d’éthique intégrée et de maîtrise globale des risques pour la qualité efficiente du management stratégique de l’organisation.

Pourquoi personnaliser la fonction C.I. ?

Parce qu’il s’agit d’un système de dispositifs organisationnels propre à la société (sa structure) et à ses activités économiques (les projets de l’entreprise).

Parce qu’il s’agit, sur ce blog d’une conceptualisation de poste par référence à un curriculum vitae et à une veille réflexive menée de manière aléatoire personnellement (jugement hors contexte précis d’une organisation).

…Le management des facteurs de vulnérabilité de l‘environnement social et sociétal de l’entreprise

Une conception comme chaîne de valeurs qualitatives et de résultat extra- financier à moindre ressource.

Un champ d’aspects interdépendants ou de synergie de caractéristiques entre  le domaine de décisions dans l’environnement contrôle interne et le domaine d’actions dans le système de concepts ESG désigné  » éthique intégrée ».

Le management des facteurs- clé de vulnérabilité sous la maîtrise  de l’organisation pour son domaine d’activité stratégique (son environnement interne, son environnement externe et éco- système d’affaires).

…L‘enjeu de gouvernance d‘un développement professionnel ( le candidat manager) à celui d’entreprise (le dirigeant et les administrateurs)

Question de point de vue d’intérêt.

Point de vue du candidat ou du manager en poste:

Un intérêt managérial (le challenge) en contexte d’une organisation précise: des aptitudes aux compétences mises en oeuvre sur les concepts RSE, D.D., Raison d’être, MR.

Point de vue de la gouvernance d’entreprise:

Un intérêt pour l’intégration d’une forme de créativité qui consiste en une vision, une conviction et à des idées développées par le candidat manager du fait des actions qu’il réalise individuellement ( telles que veille professionnelle, analyses réflexives et perspectives identifiées par une approche pragmatique) tout en capitalisant sur son savoir- faire en contrôle interne.

Dans la perspective d’un candidat, une question de concordance

  • De souhaits (l’attente de l’un – La demande de poste et le besoin de l’autre – l’offre de fonction):

Un idéal de périmètre de fonction, de liens fonctionnels de subordination, d’objet de missions, de diversité d’actions et de liberté opérationnelle avec sens du devoir

dans le cadre d’une structure d’entreprise aux facteurs d’intérêts d’épanouissement professionnel d’une part (de la rémunération, aux avantages , en passant par le mode de travail, la culture d’entreprise, etc…), et, de valorisation managériale d’autre part (le rôle de la fonction dans le management de l’entreprise).

  • De cadre de références normatif  entre
  1. Aspirations professionnelles,
  2. Besoin de management responsable de l’entreprise,
  3. Attentes pour la gouvernance d’entreprise durable
  4. Tendances sociétales de « standardisation » par la communication, par le pilotage et par le procédé de certification ou de labellisation.
Probablement une réponse de « bonne » gouvernance par la formulation d’une équation qualitative entre,

C’est en tout cas l’intuition que j’en ai

Expérience professionnelle:

Par exemple, évolution de 1ère partie de carrière dans les fonctions contrôle interne et conformité (modèle bancaire- Spécialisation crédits à la consommation) en contexte de création de poste, de fusion de structures et de dynamisme d’innovation (projets).

 L’ère de l’émergence technologique et numérique

(début 21ème siècle)

(ex: internet, GED, workflows…).

Idéologie d’une ressource humaine:

Sa façon de concevoir l’imbrication de son métier dans la chaîne de valeurs du management des organisations en contexte socio-économique actualisé et des tendances des consensus moraux  macro et micro sociétaux.

L’ère de transformation digitale et d’innovation technologique dans un cadre de standardisation par les objectifs et par la communication

(2ème décade du 21ème siècle).

Vocation sociale d’une digne carrière:

La trajectoire qualitative de la perspective pertinente de l’évolution professionnelle qui forme et formera la qualité « d’excellence » du parcours professionnel, comme « Contrôle interne Général »

L’ère éthique sociétale et d’objectif de durabilité dans un cadre d’information  et un système de maîtrise des risques complexes

( la Société Millénium).